Sayeh Sarfaraz
 
 
accueil   cv   projets   démarche   archives   presse   contact   Télécharger le dossier artistique   english
 
 
   
Soulèvement social

Centre d’exposition Circa, Montréal, QC. 
Exposition: Du 13 décembre 2014 au 28 février 2015

   
 
sayeh sarfaraz
<< >>
 

Soulèvement social

Au CIRCA, l’artiste propose un théâtre d’ombres s’étalant sur le plancher de la petite salle. À différentes hauteurs, dans une imperfection ordonnée, un chaos fonctionnel, des planches de bois découpées au laser sont suspendues au cœur de la galerie; suspendues comme le pays en impasse où il faut tout de même (sur)vivre en attendant le printemps. Les formes soustraites du bois représentent les éléments de la discorde, des mollahs, chefs de la répression religieuse, des tanks desquels il vaut mieux ne pas s’approcher, des soldats armés, du côté des méchants, des manifestants, qui en ont marre de se cacher pour vivre, des ninjas aussi mystérieux que dangereux, des petites filles, qu’on peut imaginer comme des princesses, et des armes à feu, tout un arsenal de carabines rudimentaires cordées, la preuve que tout ça peut réellement dégénérer.

Sous ces moules à personnages cordés sur les feuilles de bois et arrachés à l’emporte-pièce, un fascinant spectacle de lumière apparaît. Alors que les négatifs de bois, suspendus, régissent les acteurs d’un drame potentiel, la place positive qui prend forme au sol laisse voir le chaos cauchemardesque, comme lorsque l’imagination d’un enfant, pervertie par une peur momentanée, lui permet de voir coup sur coup le mobile suspendu au-dessus de son lit et son ombre monstrueuse sur le mur, deux réalités intimement liées. Le sol envahi de lumière raconte l’histoire de la rue, la vie dans le désarroi, la liberté en impasse. Les motifs se répètent, s’enchevêtrent, se piratent l’un l’autre, se conjuguent, s’effacent; la répétition et l’envahissement, communs aux œuvres de Sayeh, fonctionnent comme un énorme labyrinthe, d’où il ne semble pas facile de sortir. On s’y perd, dans les recoins les plus magnifiques comme les plus épeurants. Ce labyrinthe d’ombres rappelle les dédales politiques et idéologiques du pays natal de l’artiste. 

Extrait du texte de Marc-Antoine K. Phaneuf, Les retailles.

 
 
             
                             
                 
                             
                             
                          retour
  Photographie: Guy L'Heureux
   

© Copyright Sayeh Sarfaraz